• Chapitre 00

    Une douce brise automnale berçait une belle blondinette, qui marchait tranquillement dans les rues toujours déserte du quartier qui entre-autres lui appartenait. Elle n'était pas très joyeuse et assez négligemment vêtu. Elle songeait, diverses choses dans la tête. La plus imposante devait bien être son angoisse quant au lendemain, j'ai nommé la rentrée.

      Elle avait 16 ans, entrant dans sa seconde année de lycée. Elle n'appréhendait pas plus que ça à vrai dire cette nouvelle corvée d'un an, mais plutôt la manière dont elle devra s'y rendre vêtu durant toute cette même année. Elle n'aimait franchement pas s'habiller moulant et encore moins en jupette volante, malgré tout, étant dans un lycée portant l'uniforme, qui plus était doté d'une jupe à carreaux à pas mal de centimètres au dessus des genoux, frôlant limite la culotte, elle y était entièrement contrainte. A chaque fois qu'elle songeait à cette embarrassant détail, elle ne pouvait s'empêcher de révulser son dégout quant à ce proviseur qui devait avoir des arrières pensées terriblement perverses.

    Dans un multiple soupir, elle ouvrit la porte de son logis, endroit où ses jambes l'avait mené durant son flot de pensées, et entra sans un bruit. Le silence rude la fit encore soupirer et d'un ton plaintif, elle s'exclama à voix son envie d'avoir un frère pour l'accueillir dans cet immense manoir. Elle avait beau y être habitué depuis son enfance, elle n'aimait pas l'idée d'être une enfant unique, nourrissant depuis toute petite l'envie d'un grand ou petit frère, et même si sa préférence restait pour le grand, il lui était impossible d'en avoir un, autant parce dans n'importe quel cas, elle serait l'ainée, que le fait que son père refuse de se remarier depuis la mort de sa mère.

    Elle songeait alors à sa vie luxueuse en tant que fille du célèbre Uzumi Nara Athha, grand chef de multiples chaines d'entreprises mondialement connu s'accordant sous le terme général "ORB". Son père, toujours prisé avec son travail, elle se retrouve livrée à elle-même. Mais ça ne la gêne pas, c'est même cette horrible richesse qui la dérange, détestant être jalousé alors qu'il fallait le reconnaître, elle avait autant la beauté que les moyens de l'être.

    Le blonde se dirigea jusqu'à sa chambre, puis une fois à l'intérieur, put percevoir sur son bureau une lettre avec son nom, Cagalli Yula Athha, écrit en belles lettres d'or. Une lettre de son père, après l'avoir lu, elle se laissa tomber sur son lit double dans un enième soupir, constatant par son contenu l'absence exclusive de son père pour 6 mois. Après ça, sa solitude s'accrut et sa déprime dû au lendemain s'affaissa cruellement, et elle songea à quel point, d'un coup, il lui tardait la rentrée pour revoir ses proches !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :