• Chapitre 4 - Improbables Mesaventure

    CHAPITRE 4

    IMPROBABLE MÉSAVENTURE

     

    Mal à l’aise, c’était bien le meilleur mot pour justifier la position dans laquelle elle se trouvait mais elle se cacha bien de lui parvenir et se contenta de se relever avec une fausse expression colérique en se plaignant de « l’idiot » qui l’avait mis dans l’embarras.

    Et cela pouvait très bien compromettre au bien de la mission. Lui, Sting Eucliff, seul dans une organisation de force massive.

    Les jurons de la blonde se transformèrent progressivement en des gémissements craintifs, amusé, le Dragon Slayer de l’ombre l’observait se lamentait jusqu’à qu’elle tomba sur une conclusion pour le moins évidente.

    Pointant le doigt vers l’avant, elle s’exclama haut et fort

    « -Nous devons aller retrouver ce crétin ! »

    « -Je pense quand même que c’était prévisible… » Conclut-t-il en cachant son amusement sous un air impassible du genre je-m’en-foutiste à moitié blasé

    Prises de rougeurs subites causées par la légère honte, elle se laissa aller vers la direction qui s’offrait à eux, en marmonnant des propos a peine audibles, l’Ebène ne put que comprendre qu’ils allaient donc le chercher de suite au lieu de papoter tranquillement. Il lâcha un soupir et un fin sourire s’étira sur ses lèvres, puis il la suivit en faisant disparaitre ses expressions, comme il avait l’habitude de le faire.

    « -Bon, il faudrait trouver un moyen de rejoindre l’étage du dessous. » Commença Rogue.

    « -Peut être qu’on a un truc pour redescendre à la plateforme qui nous a amené ici nan ? » Proposa  Lucy

    « -J’ai déjà vérifié, mais rien, ça doit être le passage secret pour atteindre les étages supérieurs des cadres. »

    « Mais ce n’est pas normal, les cadres sont sensés être en relation avec leur employés ! Alors comment cela se fait ? »

    « Peut-être que tous les employés connaissent ce passage, ça expliquera le pourquoi que personne d’extérieur ne soit venus se plaindre aux hauts gradés, s’ils ne les trouvent pas.. »

    « Ce n’est pas une supposition dénués de sens mais un gros bouton rouge ne passe vraiment pas inaperçu… »

    « Si on réfléchit, dans tous les cas, quelqu’un aurait dû rester en bas… »

    « Qu’est-ce que tu veux dire ? »

    « Sting n’as pas pu nous rejoindre, n’est-ce pas ? »

    « Oui...  J’ai compris, vu que c’est celui qui a appuyé sur le bouton rouge et qu’il n’a pas pu nous rejoindre, ça explique presque tout. Sauf la question du pourquoi un système aussi étrange a été instauré... »

    « Oui. »

    « Mais… Je pense plutôt que ces genres de soldats n’ont pas accès non plus ici… »

    « Pourquoi ? »

    « Je pense qu’ils connaissent l’existence, enfin, les plus anciens, de cette espèce de plateforme caché pour permettre aux cadres de monter aux étages supérieures, mais ces derniers ne doivent donner leurs ordres qu’à distance. »

    « Pourquoi supposes-tu ça ? »

    « Tout simplement à cause de ce camouflage. Du coup, ca répond à toutes les questions de l’instant.»

    « Je vois, ça reste plausible. »

    « N’est-ce pas ? Allez, inspectons ces lieux ! Et essayons de retrouver Eucliff !»

    Ils arrivèrent rapidement près d’une salle, unique porte dans le long couloir sombre, rappelant légèrement l’aspect d’un laboratoire. Ce qui n’était pas très rassurant.

    Rogue saisit la poignée vivement et ouvrit la porte rapidement, prouvant qu’il n’était pas du genre à hésiter par la même occasion et observa l’intérieur avec peu d’intérêt, au contraire de Lucy qui semblait s’intéressait au plus haut point a tout ce qui était susceptible d’avoir de l’utilité.

    « C’est peine perdu, c’est qu’une salle à moitié vide. »

    « C’est pour ça que ça m’intéresse » Renchérit-t-elle avec malice

    L’Ebène n’eut pas à traduire sa pensée en paroles, elle comprit tout de suite ce que signifiait son regard interrogateur.

    « Tu verras si je trouve » Dit-t-elle, un éclair de défi passant dans ses yeux.

    Rogue, ne s’attendant pas à ça, fut surpris de l’intensité du sentiment qu’il ressentit à l’instant où le magnifique regard chocolat de la blonde lui parvenu.

    Repartie dans ses recherches et dans l’ignorance de l’interrogation de l’Ebène, elle bougea quelques livres posés par ci par là, les bouquinait rapidement et les poser à un endroit différent de là où elle l’avait trouvé.

    « Tu es sur que tu n’as pas besoin d’aide ? »

    « Nan. Ca ir… !! »

    Elle ne s’attendait pas du tout à être qu’à quelques centimètres du visage de Rogue en se retournant… Et cette surprise fit rappliquer sa fidèle tendance maladroite et elle tomba en arrières, voulant la rattraper par reflexes, le dos de Lucy entra en collision avec le mur de pierre mais elle ne sentit pas de vive douleur… Tout  simplement parce que le mur venait de s’ouvrir !

    « Hein ? » ne put-t-elle qu’articuler…

    « Qu’est-ce que.. » fut –t-il à peine capable de renchérir…

    … Avant de tomber dans le précipice qui venait de s’ouvrir de la façon la plus étrange qui soit.

    « Mais qu’est-ce que vous faisiez pendant que je n’étais pas là ? » s’exclama une voix agaçante avec un timbre familier.

    « St… Eucliff ? » Hésita Lucy avec rougeurs.

    Rougeurs ? Désolé, ce n’est pas à cause du retour du Grand Sting… Mais bien à cause d’une embarrassante situation…

    « En chair et en os ! » Dit-t-il fièrement.

    « Ah... Heu... Cheney… Tu ne veux pas bouger là ? »

    Rogue était affalée sur la blonde, preuve qu’ils avaient dû faire une grosse chute…

    « Rogue, tu as pas assez profité ? » Ironisa Sting avec un sourire narquois.

    Rogue, se leva donc, comme si rien ne s’était passé devant le regard pour le moins choqué de Sting et Lucy qui eurent les pensées synchro : « Il n’était pas évanoui ?! Il le faisait exprès ?! Ne me dites pas qu’il a vraiment profité !! »

    Le maitre de leur pensée n’eut pourtant pas la moindre réaction qui pourrait dévoiler ses envies aux vrais jours et garda un masque d’impassibilité... Ingénieux.

    Contrairement à Sting, Lucy corrigea vite le « bug » de ses pensées et décida de se concentrer sur le problème du moment : L’endroit où ils étaient encore tombés.

    « J’imagine que si tu es là, Cheney et moi sommes tombés dans le 5eme étage… »

    « Tu as tout faux, Miss Déduction ! »

    « Miss Déduction ? »

    « Vous êtes toujours au même étage, l’étage 6 du bâtiment. »

    « Comment ça se fait ? Tu étais censé être bloqué au 5eme étage à cause de la plateforme ! »

    « Oui, CENSE. Seulement, le bouton rouge est devenu vert et j’ai cru que c’était comme le jeu ou on tapait sur les taupes donc j’ai retapé et la plateforme est redescendu. Pile à ce moment, t’as un travailleur qui est arrivé et j’ai fait croire que je devais monter à l’étage du haut, il m’as dit que seul les haut gradés pouvait s’y rendre, du coup, j’l’ai menacé mais il a fini par tomber dans les pommes. Du coup, j’ai carrément pété le mur et je suis arrivé dans un genre d’égout qui sentait pas la rose et vu mon odorat ultra développé, je n’ai pas pu tenir donc j’ai tout pété jusqu’à que j’arrive à une porte, j’ai ouvert et quand je suis entré, j’ai attendu que mon flair ressente une bonne odeur, si vous remarquer, ici, ça sent assez bon. Et quand j’allais partir à l’aventure, j’ai entendu un clac au loin, ce qui m’a retenu, et vous êtes arrivé, a moitié sur la lune, avec Rogue affalé sur toi. Fin et merci d’avoir écouté la passionnante histoire de Sting Eucliff, le meilleur mage de tout Fiore. »

    « Merci pour ton monologue super passionnant mais en quoi tu sais qu’on est encore au 6eme étage ?! »

    « Je sais pas, je déduis. » Répondit-t-il innocemment

    « Tu sais où tu peux te la mettre ta déduction !!!?? » Explosa-t-elle alors qu’il commençait à s’enfuir en courant.

    C’est alors que l’affaire évolua bizarrement, du moins, du point de vue de Rogue, il se courait après, Sting mort de rire et Lucy énervé comme jamais, on aurait cru voir des enfants qui se battait parce que le petit garçon aurait arraché la tête de la poupée Barbie…

    Il agit donc comme l’adulte et leur assena deux bosses sur la tête, les arrêtant ainsi.

    « Ce n’est pas bientôt fini vos gamineries vous deux ? » s’exclama-t-il, sur un ton calme de colère.

    « Mais Rogue… » Commença Sting, optant pour des yeux de chiens battus très craquant.

    « Ce n’est pas bientôt fini Sting ? » répondit-t-il, sévère.

    « Cheney.. .» renchérit Lucy, la même expression que Sting scotché au visage.

    Cette fois l’Ebène pâlit légèrement, et pour cacher son malaise naissant, il détourna les yeux et partit vers l’une de deux portes de la pièce.

    « -Faites comme vous voulez. » Dit-t-il impassible, se retournant à demi, laissant apparaitre de légères teintes rouges sur son visage ce que Lucy ne remarqua pas, au contraire de Sting qui, une nouvelle fois, fut traumatisé par Rogue…

    Il passa la porte (la bonne hein, pas celle qui mène aux égouts) et se laissa disparaitre de leur vision.

    « Bon, Eucliff, on devrait y aller nous aussi. » S’exclama-t-elle en commençant à partir.

    « -Attend ! »

    Il lui attrapa le poignet avec fermeté et elle se retourna, surprise.

    « -Qu’est-ce qu’il y a ? » Interrogea-t-elle en osant le regarder dans les yeux…

    … Grave erreur, elle tomba sur une intensité insurmontable dans ses yeux couleur marines et ne put que détourner les yeux avec quelques rougeurs.

    « -Pourquoi tu ne nous appelés que par nos noms de familles ? Appelle-moi Sting. »

    « -Hein ?  Pourquoi ? » L’interrogation avait pris le dessus dans son crâne.

    « -On dirait qu’on est étrangers. »

    « -On est proche que depuis un jour… »

    « -Ca suffit pour tisser des liens, et ce sera surement pas le dernier. »

    « -Qu’est-ce que tu  veux dire ? Après la mission, je repars dans mon ancienne vie ! » Répliqua Lucy, en se gardant bien de lui préciser le passage du défi de Minerva.

    « -Oui, mais tu ne veux quand même pas couper les ponts, on s'apprécie, toi, moi et Rogue, Nan ? »

    « -Tu y vas fort. Nous sommes camarades car nous sommes bloqués dans la même mission. Je ne veux pas me rapprocher d’autres après ce… »

    Elle mit instinctivement ses mains sur sa bouche, mesurant son erreur.

    « -Apres quoi ? » Demanda Sting, soucieux.

    « -Rien, oublie. » Se défila la blonde, craintive mentalement mais impassible extérieurement.

    « -Le grand Sting n’oublie jamais des paroles retenues ! Qu’est-ce que tu caches ? »

    « -Ca ne te concerne pas, Sting. »

    « -tu viens de m’appeler STING la ?!!!?? »

    Lucy ne put s’empêcher de penser à quel point c’était simple de faire changer de sujet un Dragon Slayer…

    « -Si ça peut te faire plaisir. Je ne vois pas le problème. » Soupira-t-elle en se dirigeant vers la porte.

    Rogue, de son coté, avec un air mélancolique traçait sur le visage et ce fut les pas plus proches de Lucy qui le ramena a lui et il s’éloigna vivement de la porte, il ne voulait pas qu’elle sache qu’il les avait écouté, même s’il savait que Sting l’avais déjà repéré à l’odeur dès qu’il avait s’était calé à la porte et qu’il avait adopté l’inaction.

     Il arriva très rapidement au bout du couloir lorsque Lucy ouvrit enfin la porte, à ses arrières un Sting chantant et riant comme un enfant devant un cadeau. Mais bientôt, ces rires se transformèrent en un regard destinées à Rogue, ni glacial, ni chaleureux, mais dans le but de lui faire passer un message : « Il faut qu’on parle. »

    Rogue hocha de la tête silencieusement et se retourna vers la Blonde qui n’avait même pas soupçonné l’échange.

    « -Bon, tu as une idée de où on peut aller. On est à moitié perdu là. »

    « -Ta carte. »

    « -Pas bête Rogue ! »

    Rogue fut surprit, il croyait que ça n’était destiné qu’à son coéquipier, l’interrogation qu’il laissa paraitre fut pris pour son ignorance à la discussion entre Sting et elle de la part de la Blonde.

    « -C’est Sting qui souhaite que je vous appelle par vos noms. »

    « -Ah. »

    Sting lui lança un regard étrange mais l’Ebène de releva pas. Il se sentait las dans trop savoir pourquoi. Désagréable comme sensation.

    Soudain, ils arrivèrent devant trois portes alignés.

    « -Je pense qu’on devrait se séparer, pour pouvoir couvrir plus de surfaces. » Proposa Lucy.

     « -C’est dangereux de se séparer une nouvelle fois. Après tout, on aurait eu du mal à trouver Sting sans notre… mésaventure. » Répliqua Rogue.

    « -Oui… Mais… Tu as raison… Nous ferions mieux de rester ensemble. »

    « -Je propose qu’on aille dans celle du centre !! » s’exclame Sting.

    « -Pourquoi ? »

    « -Car elle n’est ni à droite, ni à gauche ! »

    « -Ben oui, elle est au centre. Mais pourquoi tu ne veux ni la gauche, ni la droite ? »

    « -Car je ne sais pas où est ma gauche et ma droite. » Répondit Sting comme si c’était une évidence.

    « -MAIS T’ES UN CAS DESESPERE MA PAROLES ! »

    « -Désolé… »

    « -Je te l’avais dit qu’il n’était fort qu’en Maths… Et encore, il a encore tendance à se tromper à 8+8 ! »

    « -C’est pas vrai ça fait 14 ! »

    Lee regard courroucé de Lucy et blasé de Rogue lui firent comprendre qu’il n’avait pas donné la bonne réponse.

    « -Qu’il retourne en maternelle… »

    « Je suis sûr qu’il ne travaillerait même pas et draguerait les gamines. On le prendrait pour un pédophile et il serait renvoyé. »

    « -Pas tort. Mais il n’as aucune chance aussi dans le crime, il manque de discrétion. »

    « -C’était pas une nouveauté. S’il n’était pas mage, il mendierait. »

    « -Et même, les pauvres ont plus de mérites que lui. »

    « -Mais vous avec pas fini de me dénigrer ?!?!???!!! »

    « -Nan, on vient juste de commencer » s’exclamèrent à l’unisson Le Blonde et le Brun.

    « -J’y vais ! »

    « -Hey, Attend Sting. »

    Le rattrapant, les trois protagonistes traversèrent donc la porte centrale lorsque des genres d’ombre étrange apparurent et s’abattirent comme un voile sur les trois.

    C’est alors qu’on entendit les cris de Sting et Rogue et puis, lorsque la vue revint à Lucy, elle constata quelque chose d’horrifiant. Ils n’étaient plus là. Ils venaient de se faire enlever.

    « -C’est pas censés être les filles qui se font enlevés et les gars qui viennent les secourir !? » S’écria-t-elle, choqué.

    Lorsqu’elle se reprit enfin, elle ne put que conclure, calmement.

    « -Et bien, je crois que c’est à moi que revient la charge du Chevalier… J’arrive, les ‘’Princesses’’… ».

     

    A SUIVRE…


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :