• Chapitre 8 ~ Je veux savoir !

    Chapitre 8

    Je veux savoir !

     

    Chaque mage était en route pour leurs dortoirs, Lucy avait tenu à être raccompagner par Erza au grand désespoir des rivaux de toujours, Sting, lui en fut plutôt comblé, il savait pertinemment que la femme en armure pourrait la protéger mieux que ces deux énergumènes.

    Elles discutèrent gentiment et allèrent dans leur suite.

    Les gars, quant à eux, était déjà arrivé et avaient décidé de papoter un peu dans le grand salon.

    Hibiki : Alors, ou en étions nous la dernière fois ?

    Les mages se figèrent, sauf Sting, le regard sadique.

    Sting : Nous en étions à te demander à qui a tu donné ton p’tit cœur.

    Les mages redevinrent normaux, mais très intéressé. Hibiki rougit violemment. Il bafouilla.

    Hibiki : Quand … vous aurez dit qui vous aimez... Je... Je vous le dirais !

    Les autres : Mouais…

    Gérald : Je n’aime personne.

    Hibiki : Mensonge détecté ! Je vois, une femme aux cheveux écarlates.

    Natsu : un peu effrayante…

    Grey : Mais qui peut s’avérer gentille.

    Léon : je nomme...

    Gérald : Non !

    Hibiki : Dis-le et on te laisse tranquille.

    Gérald : J’aime… Er… Erza !

    Les autres sauf Rogue et Ren : Et c’est enfin avouer !

    Rogue : Quelles futilités…

    Ren : Je te l’accorde.

    Hibiki : Dites-nous plutôt qui vous aimez.

    Ren : Je n’aime personne !

    Hibiki : Arrêtez les mensonges ou je vous jure que…

    Ren : ok ! J’aime Jenny !

    Les autres (même Rogue) : Il est rapide !

    Hibiki : A toi Rogue !

    Rogue : J’aime Yukino.

    Les autres : Super calme !

    Hibiki : Grey.

    Grey : Lucy…

    Hibiki et les autres : Quoi ?

    Grey : J’aime Lucy !

    Sting se retint de lui foutre une droite, pour sa p’tite sœur.

    Les autres sauf Sting, trop concentré à ne pas le défoncer : Nerveux !

    Hibiki : Natsu

    Natsu : C’est facile Non ?

    Les gars : Comment ça ?

    Natsu : Ben Luce !

    Sting se retint très durement de ne pas le démembrer.

    Hibiki : Et ben, Lucy est aimé… Bref, Léon.

    Léon : Ma JUVIA !!

    Les gars : He ben, lui on peut dire qu’il est passionné…

    Hibiki : Eve !

    Eve : Wendy…

    Les autres : Que c’est mignon !!! ~

    Hibiki : Sting ?

    Sting : Personne.

    Les autres : Trop naturel pour être faux…

    Hibiki : He ben c’est fini.

    Les autres : Non… Hibiki…

    Il avala durement sa salive.

    Hibiki : Que voulez-vous dire ?

    Question débile.

    Grey : T’as pas le choix…. On l’as dit…

    Sting :, qui aimes-tu ?

    Hibiki : J’aime…

    Les autres : Tu aimes ?

    Hibiki : Lucy Heartfilia de 24 ans, mais de 18 ans à cause de son arrêt de temps, fille de riche qui a perdu sa famille et !!!...

    Eve : Stop ! On a compris, t’aimes Lucy !

    Sting voulut tous les torturer jusqu’à la mort mais se retint de commettre l’irréparable, non pas par peur d’aller en prison, juste pour ne pas lui-même se faire démembrer par son effrayante p’tite sœurette.

    Coté Féminin, suite 1

    Toutes les filles jouait aux cartes sauf Mira qui sirotait son jus de fruit, Erza qui manger son divin fraisier, Kagura son gâteau au chocolat noir et Lucy qui buvait un verre d’eau fraiche.

    Erza : Vous pensez quoi de cette épreuve spéciale ?

    Lucy : Quand j’entends spéciale, je me dis sans aucun doute que ça va être aussi blasant que ce concours de cuisine.

    Kagura : Je te l’accorde.

    Mira : Ça sera drôle.

    Lucy : Ce qui m’as toujours étonné chez toi Mira c’est la sincérité de ta voix…

    Erza : C’est un peu bête…

    Lucy : Comment ça ?

    Erza : Si on sort après le couvre-feu, on est éliminé et ils nous incitent à sortir.

    Kagura : à effet exceptionnel, les règles ne l’interdisent pas, la lecture te permettrait de connaitre ce qui concerne le tournoi et d’éviter de gaspiller ta salive à demander de simples futilités.

    Erza : Tu ne pourrais pas parler dans un langage plus… familier ?

    Kagura : J’en suis incapable.

    Lucy : Serait tu issue d’une famille aristocrate ?

    Erza : aristo- quoi ?

    Mira : Aristocrate, bourgeoise quoi.

    Erza : Heu…

    Mira : Riche si tu préfères…

    Erza : Ah ok !

    Kagura : Exact, mais ma famille s’est laissé périr depuis la mort de mon frère, provoqué par Gérald… Mais je sais que tout est de la faute de Zeref que je traque !

    Erza chuchota à ses camarades : si elle sait que la personne ayant provoqué ses ennuis est en ce moment dans la pièce…

    Les deux amies acquiescèrent silencieusement.

    Elles pensaient, bien sûr, à Ultear, ayant manipulé sans scrupule Gérald en se faisant passer pour le grand mage noir, Zeref.

    Kagura : Quelles sont les raisons de ses cachotteries ?

    Mira et Erza se paralysèrent mais Lucy prit la situation en main.

    Lucy : Nous discutions de la personne qui se présentera à l’épreuve.

    Kagura : Voit tu, ceci est impolie devant une personne.

    Lucy : Oui, veut tu bien accepter mes sincères excuses.

    Kagura : Excuse accepté.

    Lucy : Merci de votre bonté.

    Kagura : N’en fait pas tout une histoire, c’est un léger malentendu.

    Lucy : Si cela est votre pensée.

    Erza : J’ai rien pigé.

    Mira : Erza…

    Kagura et Lucy : Langage pourtant simple à comprendre.

    Erza : Je ne supporterais pas plus d’un jour.

    Mira : C’est vrai, Moi aussi.

    Lucy : Voyez-vous, nous nous y habituons vite.

    Kagura : Sans aucune once de doute.

    Erza : Pouvez-vous répéter plus facilement ?

    Kagura et Lucy : Pouvez-vous répéter DANS UN LANGUAGE PLUS FAMILIER.

    Erza : Oups,  pardon

    Lucy : Tu vois, même un enfant de 12 ans pourrait comprendre. Mais bon, Kagura, nous y allons. A bientôt.

    Kagura : Au plaisir de vous revoir Lucy.

    Lucy : De même. Mira, Erza, Wendy ! Venez !

    Wendy : Pourquoi ?

    Lucy : On doit parler. Rendez-vous dans la chambre de Wendy-chan.

    Mira : J’imagine que cela concerne l’épreuve.

    Lucy : Exact.

    Erza : Nous te suivons.

    Lucy et ses camarades se rendirent dans la loge de Wendy, puisqu’elle est toujours la mieux rangé.

    Lucy : Qui va se présenter à l’épreuve ?

    Erza : Je suis déjà passé.

    Wendy : J’ai peur de ce que ça peut être…

    Mira : Je suis seulement de réserve.

    Lucy : J’en conclue que je n’ai pas le choix…

    Wendy : Désolé Lucy-san.

    Erza : Pardon Lucy mais tu n’as pas le choix, si c’est indécent on ne peut pas envoyer une enfant.

    Lucy : Et Natsu ?

    Erza : Tu t’imagines si c’est un défilé de mode ?

    Lucy : En effet… Ça ne le fait pas...

    Wendy : Mais pourquoi on décide maintenant, on pourrait très bien le faire sur le terrain.

    Lucy : Tu n’as pas entendu ? La citrouille a dit de choisir en dehors du terrain.

    Wendy : Pourquoi ?

    Lucy : Je n’en sais rien. Il l’a dit doucement donc je pense que c’est pour cela que vous n’avez pas entendu.

    Mira : Surement.

    Lucy : Oups, j’avais pas vu l’heure, j’y vais ! Ciao !

    Erza : Ou vas-tu ?

    Lucy : Natsu m’a donné rendez vous

    Mira : C’est l’amour !!!

    Lucy : Non j’en doute Mira…

    Wendy : Pour quelles raisons ?

    Lucy : Je l’ignore. Bon, je vais ^pas plus me retarde ! A tout à l’heure les filles !

    Erza : Ok, fais attention

    Lucy : oui !

    Lucy partit en courant, elle s’était bien sur changé avant de s’en aller, elle avait laissé place à une min- jupe noire volante, des collants transparents noires, un sous pull noire et argenté à rayures, une veste blanche et des mini-bottes noires. Ses cheveux étaient détaché comme à sa nouvelle habitude et flottait dans le vent frais, malgré que l’on soit aux printemps, le vent était trop frais, il rappelait l’Hiver, même si le joli soleil éclairait de ses rayons les multiples immeubles et plantes d’Akalifa, l’air glacial avait eu raison de l’astre brulant et dominé la ville d’un Hiver prolongé.

    Certains ne craignait pas ce froid et qui pouvait donc laissait leur tendance exhibitionniste à l’action sans pour autant se geler les os. Je parle bien évidemment de Grey Fullbuster et Léon Bastia qui se promener dans la ville, uniquement vêtu d’un caleçon, Lucy les avait aperçu dans sa course et n’avait même pas pris la peine de les recommander, sachant pertinemment qu’ils se seraient dépêché de se re-deshabiller involontairement.

    Lucy courrait toujours, elle souffla un vent frais, et se reçu un même vent, trop froid à son gout. Elle grelottait légèrement.

    Elle arriva enfin devant Natsu qui la regardait. Il vit qu’elle était essoufflée et avait une main sur une de ses hanches et l’autre sur sa poitrine, il attendit qu’elle reprenne un souffle régulier et questionna.

    Natsu : Tu avais oublié.

    Lucy : Non, non. Mais les filles m’ont un peu retardé et il fait assez froid.

    Il remarqua alors qu’elle grelottait un peu. Elle était toujours victime de cet air très glacial qu’elle avait ressenti en courant. Natsu lui attrapa le poignet et la mit dans ses bras chaud et puissant. Elle eut de rougeurs bien voyantes, ce qui combla Natsu. Elle répondit à son étreinte en s’agrippant doucement à sa veste. Elle se desserra de son étreinte une fois réchauffé mais Natsu ne lui en voulait pas, le fait qu’elle ne l’a pas égorgé le rendait content et surtout qu’elle était toute mignonne avec sa mine enfantine qui ne lui connaissait pas quand elle s’était agrippé à sa veste. Lucy lui demanda -- non, je sais à quoi vous pensez et je vous réponds, sans rougeurs ! --.

    Lucy : Alors, qu’est ce qui se passe ?

    Natsu plongea alors ses yeux onyx dans ceux de Lucy.

    Natsu : Je…

    Mira : Oui il va lui dire je t’aime !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Erza : Chut mira on va se faire voir !

    Wendy : Je crois que c’est un peu trop tard Erza-san…

    Lucy : Mais qu’est-ce que vous faites ici ?!

    Mira : On voulait voir Natsu se déclarait.

    Erza : je voulais voir Mira se tromper.

    Wendy : j’ai voulu leur en empêcher…

    Lucy : Pardon Natsu…

    Natsu : C’est rien.

    Lucy : Que voulais-tu me dire ?

    Natsu : Je… Je dois aller aux toilettes !

    Les filles : Quoi ?!

    Natsu : Ben quoi c’est vrai.

    Mira : TRIPLE IDIOT ! T’as pas besoin de demander pour y aller !

    Erza : C’est comme ça quand on casse les fantasmes de Mira.

    Wendy : Effrayant.

    Lucy : Aie aie aie…

    Sting : Natsu, pas doué va.

    Tout le monde sauf Lucy : Sting ?

    Sting : Alors on dit rien Lucy ?

    Lucy : Je n’ai rien à te dire.

    Sting : cruel ! Viens je vais te faire changer d’avis.

    Lucy : *complétement désintéressé* C’est cela.

    Sting passa son bras autour de ses épaules et l’emporta au loin sous ses protestations de celle-ci et du regard éberlué des autres.

    Plus loin.

    Lucy : Sting ! Espèce d’idiot !

    Sting : Ben quoi je t’ai pas parlé depuis longtemps.

    Lucy : Qui a tuée Maman.

    Sting :…

    Lucy : Onii-sama ! (traduction : Grand frère)

    Sting : N’abandonneras tu jamais ce sujet ?

    Lucy : Je veux le savoir !

    Sting : Maman a scellé dans un sceau encore plus puissant ce qui a suivi sa mort dans son dernier soupir.

    Lucy : Comment a-t-elle fait alors qu’elle était morte avant les évènements suivis ?

    Sting : Maman a fait un genre de bombe à retardement, et en explosant elle a emporté tout tes souvenirs.

    Lucy : Et comment cela se fait-il que je n’ai aucun souvenir de toi après la mort de maman ?

    Sting : Ce n’est pas à moi de répondre.

    Lucy : Et à qui d’autres ?!

    Sting : A ta volonté ! Si tu veux te rappeler tu te rappelleras ! Mais si tu as la moindre once de peur ou de doutes, tu n’y arriveras jamais !

    Lucy : Bon sang, pourquoi je dois toujours subir mon passé, comme si c’était déjà pas assez dur avec Papa, toutes ses années de souffrances répétées !

    Elle commença à partir mais se retourna vers Sting.

    Lucy : Je te jure que quand je m’en rappellerais, le créateur de mes souffrances paiera le prix fort. Celui qui a tuée maman, se verra ôtait la vie également.

    Son regard était si noir que Sting en frissonna, ce regard il ne le connaissait pas et il comprit pourquoi Layla Heartfilia avait décidé de sceller la mémoire de sa seule fille, plus précisément la deuxième raison.

    Lucy passa devant le groupe d’amis de Fairy Tail pour repartir à sa suite sous leur regard interrogateur.

    Sting revint alors légèrement plus tard et soupira.

    Sting : Elle est coriace.

    L’équipe explosa de rire, bien sûr que Lucy était coriace !

    Sting rit mais celui-ci était loin d’être sincère ce que personne ne remarqua. Il avait peur qu’elle sache ce qui avait osé faire…

    Au même moment, dans Akalifa.

    ??? : Si elle le veut je vais l’aider.

    ... : Tu ne dois pas faire ça c’est celle qui  peut te tuer !

    ??? : Je le sais, ne t’inquiète pas, je l’annihilerais avant qu’elle ne se réveille complètement, laisse-moi m’amuser un peu.

    … : Ok, mais fais attention.

    Coté Lucy

    Elle, devait s’en rappeler mais comme le disais Sting, elle avait peur de la triste vérité qui risque de l’attendre. Elle s’exclama :

    Lucy : Quoi que ce soit. JE VEUX SAVOIR !

    Les peurs de Lucy s’envolèrent, l’inconnu sourit.

    Il le savait, le lendemain serait très intéressant, Lucy ne savait pas ce qui lui attendait…

    Le soir, quelques minutes avant le couvre-feu…

    A suivre…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :