• Prologue

    PROLOGUE

    Une seule chose. Une unique chose m'avait semblé impossible. J'étais certaine, sans l’once d'un doute, que cette chose, qu’un tel événement n'aurait jamais pu se produire, même dans mes cauchemars les plus douloureux... Que l'éternité n'avait pas meilleur sens que mon avenir avec cette chose. Une chose si stable et qui au fond, ne restait qu'une illusion d'un monde parfait qui n'avait jamais réellement pu exister. 
    Le regard lointain, elle offrit ses orbes absents vers l'horizon qui lui semblait incolore. Elle n'avait qu'une envie, de délaisser son cœur meurtrie dans l'eau glacé qui saurait lui faire oublier son ressenti. Une chose s’était passé, elle aurait été sans possibilité de le prédire, d'imaginer ne serait ce qu'elle puisse arriver. Mais pour comprendre cela, il fallait revenir quelques heures plus tôt ou le temps ne lui semblait pas encore inutilement cruel : 


    Un simple rayon de soleil pour me réveiller d'un sommeil doucereux, un fin sourire s'étirant doucement sur mon visage semi-éveillé. Je ne savais pas encore qu'en franchissant les portes de mon paradis, je rencontrerais l'enfer, qui m'ensevelirait dans une perfide douleur... Si sommeil aurait pu me garder plus longtemps, aurait-t-il pu annuler ma fin? 
    Seulement, j'ignorais encore tout... Encore et encore... Je ne pouvais pas le deviner... J'y étais allé, le sourire aux lèvres, la démarche dansante. Je les avais traversé, ses portes géantes, et tout s’était écroulé... 
    Le sourire que tous arboraient disparaissant d'un geste sec. Un flot de regard assombri par de négatifs sentiment; une hostilité déroutante qui m'avait prise de court et fait reculer d'un pas tout en modifiant ma joie en incompréhension.

     
    -Lucy. 

    L'entente de mon prénom ne m'avait jamais semble aussi dure, si douloureuse, si tueuse. Je tournais ma tête lentement vers l’appellateur, le regard perdu. 


    -Disparais. 

    J’écarquillai les yeux devant ce simple mot comprenant une haine sans égale dont je n'aurais su déceler la raison et que je n’aurais su comprendre tel une blague de mauvais gout.


    -Po... Pourquoi, Erza...? Avais-je articulé péniblement, la gorge sèche et la voix enrouée par un haut-les-cœurs vif. 

    -Ne fait pas l'ignorante! S'écria une voix, d'un timbre familièrement douloureuse, brisant la tension de la pièce lourdement silencieuse.


    -On nous a tout raconté. 
    -Mais... De quoi parlez-vous? Natsu.. Grey... 

    -Lucy. Arrête de mentir. Nous pouvons te pardonner si tu avoues la vérité... Et que tu nous expliques la raison...

    -Mais quelle vérité enfin?!? 

    -Voila ce que tu as fait! Avait crié Mirajane, les larmes coulant abondamment sur ses joues frêles. 


    Elle laissa voir une image claire d'une jeune femme endormie aux multiples hématomes, qui n'était autre que Lisanna.  Mon air assombri laissa des murmures parcourir l'assistance. 


    -Qui a fait ça ?... 

    -Qui ?! Tu vas me dire que tu ne sais pas ?!!

     
    -Savoir quoi ? 

    -Tu es celle qui a fait ça ! Nous le savons tous !

     

    -Hein ?! Mais je n’ai rien fait du tout ! J’étais parti en mission solo ! Vous pouvez demander à Loki ! Je vous l’avais même dit et vous m’aviez encouragé !

     

    -On sait que tu nous as menti ! Lisanna elle-même a dit que c’était ta faute !

     

    -Mais c’est faux ! Elle a dû raconter un mensonge !

     

    -Lisanna ne ferait jamais ça !

     

     -Mais moi non plus! 

    -La ferme! Tu nous as bien eu avec tes sourires! 

    -Erza ! Ce n’est que la vérité !

     

    -J'aimerais te croire... Mais je ne peux pas. Je connais plus Lisana que toi... Et je sais que ce n’est pas possible de sa part, alors que parfois, tu peux être violente.

     

    « Et c’était elle qui disait ça ?! Pensa la blonde, l’air injuste »


    -Lucy, nous avons pu lui en parler, et si elle te pardonne, nous te pardonnerons tous. Sa seule condition est que tu assumes haut et fort tes actes. 

    -Mais je vous dis que ce n’est pas vrai! Je ne l’ai pas attaqué! 

    -Lucy, ca ne t'avance a rien!


    -Je refuse de déclarer des foutaises!  

    -Lucy, si tu ne prends pas la responsabilité de tes actions déjà bien discutable, tu diras Adieu à Fairy Tail! S’était exclamé la voix haute et fortement effrayante de Makarof, accueillant sa déclaration d'un lourd silence abasourdi, ce serait la première fois que Makarof virerait quelqu'un de la guilde après son fils, et cette idée n'avait effleuré l'esprit de personne. 


    Je l’affrontai du regard et conclut, l'ombre de mes mèches blondes voilant mon regard effrayant. 

    -C'est ca la famille?... Cherche-t-on au moins à me croire un minimum? A me laisser le bénéfice du doute ?... Ou est la confiance que vous rabâchez si souvent?... Ou est la famille ?


    Elle releva la tête, voyant que sa déclaration n’accueilli rien qu’une plus forte tension dans la pièce, puis plongea un regard dans son maitre de guilde qui ne deviendrait bientôt qu'un souvenir. 


    -Je quitte Fairy Tail. Je n'assumerais jamais un mensonge. 

    Tous eurent le souffle coupé, certains ne disait rien, incrédule, tout en laissant lire sur leur visage que cela valait mieux, on put jusqu'à distinguer des "Et puis, c'est sa faute pour Phantom Lord..." "Elle est si nulle et elle n’est qu'une source a problème, ca vaut mieux pour tous" ... 


    Ses amis ne dirent rien, malgré que Grey et Natsu affichaient une moue un peu dérouté par cette tournure. 
    J'avais observé la guilde murmurante et avait activé la magie de ma fin en tant que fée. Il ne me suffisait plus que de traverser de nouveau les portes pour voir ma marque disparaître. 
    Et ce fut ce que je fis. Sans que personne ne daigne me rattraper, ni même me dire un seul mot d’au revoir, tandis qu’une haine sans nom voilait mon regard.

    Fin, prologue  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :